Archives de catégorie : Non classé

La caisse des écoles

Monsieur Huguet a le plaisir de vous inviter à participer à une réunion, qui a pour thème la réforme de la Caisse des Écoles qu’il souhaite mener.

Quel sens donner à la caisse des écoles, institution fondée sous la IIIème République pour venir en aide aux plus démunis. Quel gouvernance pour cet organisme ?

Dans cet objectif je vous propose la date du mercredi 24 février à 10h00 en visio.

Pour votre information sont conviées les 3 Fédérations d’Associations de Parents d’Élèves, ainsi que les Organisations Syndicales d’Enseignants du 1er degré.

Je vous remercie de me confirmer votre disponibilité par retour de mail.

Courrier envoyé aux organisations syndicales, et aux représentants des parents d’élèves.

En décembre dernier, lors de notre ronde habituelle autour de la Mairie, nous avions détecté, surpris un affichage discret d’un procès-verbal :

Premier réflexe, pourquoi ne pas retrouver ce compte-rendu sur le site de la ville. Peu-être que le contenu n’est pas avouable … alors regardons…

On y retrouve le comité des écoles dans sa complétude qui se résume pour la ville de Marseille :

  • Les élus de la ville
    • Pierre Huguet, Président, adjoint aux affaires éduatives
    • Ahmed Haddadi, adjoint en charge du lien social, de la vie associative, des centres sociaux, et du bel âge
    • Marie Batoux, adjointe en charge de l’éducation populaire, des activités périscolaires, des centres aérés, des maisons pour tous, et maisons de la citoyenneté
    • Sophie Roques, adjointe en charge de l’état civil, Allo Mairie, état civil (2 fois), et opérations funéraires
    • Lydia Frentzel, déléguée à la citoyenneté et la jeunesse
    • Sebastien Barles, adjoint en charge de la transition écologique et du collège du futur
    • Aicha Guedjali, déléguée sur la lutte des peturbateurs endocriniens et nuisibles
    • Marie-José Cermolacce, déléguée en charge de l’économie sociale et solidaire
    • Josette Furace, déléguée à la vie dans les quartiers
  • Tous les Inspecteurs de l’Education Nationale (IEN) des circonscriptions touchant Marseille (Brigitte, Mohamed, Elie, Olivier, Marine, Cathy, Pascale, Marc, Lionel, Sandrine, Corinne, Fatima, Patrick)

Sur cette première page, nous notons que les élus sont présents ou représentés, les IEN très peu, beaucoup sont absents sans excuses. Point rouge pour les IEN. Bon ensuite Pierre Huguet rappelle l’importance de la Caisse des écoles.

Autre point important : aucun représentant des élèves n’est visiblement membre de ce comité ?! ni les DDEN. Assez hallucinant.

Pierre Huguet continue de préciser sa volonté d’améliorer l’organisation.

Il est temps de présenter des Ressources sur la connaissance de la caisse des écoles :

Dans de nombreuses villes, la caisse des écoles gère le périscolaire, la restauration scolaire, et l’accueil du mercredi (qui est désormais du périscolaire, nous le rappelons).

La caisse des écoles est destinée à faciliter la fréquentation de l’école par des aides aux élèves en fonction des ressources de leur famille. Pendant longtemps les caisses des écoles ne pouvaient intervenir qu’en faveur des enfants qui fréquentaient les écoles publiques. Mais depuis le 1er janvier 2005, les caisses des écoles ont légalement la possibilité d’agir en faveur des enfants qui fréquentent les écoles privées.

Pour Marseille, le budget est approximativement de 1,3 M€, nous le verrons ensuite comment est utilisé ce budget à Marseille.

Ce qui est précisé sur cette page du procès verbal, c’est que malgré le caractère social de la Caisse des écoles, le budget n’a pas été tout dépensé dans cette année de confinement partiel. Une grande partie des séjours et activités ayant été supprimées. Par contre, mais ça c’est nous qui le disons, une plus grande précarité des familles est apparue, et tout particulièrement les familles bénéficiaires de la gratuité de la restauration pour lesquelles le collectif s’est battu pour qu’elles obtiennent une aide financière.

Nous apprenons donc sur cette page le budget en investissement pour les classes mobiles informatiques (mallettes avec tablettes) abien été dépensé. Nous apprenons surtout que les 30 000 € non dépensés en budget de fonctionnement, vont êtres reportés sur de l’investissement pour payer une facture de credits VPP (e crédit VPP constitue l’un des modes de paiement dont votre entreprise ou votre établissement d’enseignement dispose pour effectuer des achats en volume (voir https://support.apple.com/fr-fr/HT202983) et une facture de licence JAMF (https://www.jamf.com/fr/lp/gestion-des-appareils-mobiles-apple-mdm-jamf/) qui est une solution de support pour l’assistance sur tablettes APPLE.

Bon sinon, effectivement la caisse des école est un établissement public soumis au code des marchés publics. Bon ensuite reste à savoir, où sont publiés les appels d’offres et les notifications.

La commission entérine la volonté de faire un site internet orienté vers la transparence, et l’information, à 10k€. Il est fait mention de l’ENT, il y a une réflexion profonde à faire rapidement sur l’ENT https://ent.cime.org/ent/os/fr/login, de nombreux instituteurs ne connaissent pas l’existence de cet ENT.

Les seuils européens valables jusqu’au 31 décembre 2021 sont présentés ici : https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23371. Il nous semble lire que le seuil de fourniture et service à 214 000€. L’Article 42 mentionné est ici : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/article_lc/LEGIARTI000030922259/2016-04-01.

OPERATION CAHIER DE VACANCES : ils semblent convenir que ce serait peut-être pas si mal de demander l’avis aux enseigants, et aux parents ? et effectivement aux associations qui seront certainement le relai pendant les vacances.

PROJETS D’ACTION EDUCATIVE (PAE) : les projets semblent se résumer au financement du transport vers les activités. Par ailleurs, les écoles n’ayant pas pu faire les activités, ont préféré récupérer les sommes allouées dans des tickets de métro.

L’objectif par les transports est de favoriser un égal accès des élèves à des activités éducatives de qualité.

Pierre Huguet suggère que des propositions soient faites pour le prochain comité.

60 000 € pour les salles de repos (draps, serviettes, couvertures, …), Pierre Huguet semble vouloir recentrer l’intervention de la Caisse des écoles sur la pédagogie.

Rencontre avec OM Fondation, c sont les fameux cahiers aux couleurs de l’OM : vidéo promotionnelle ici : https://www.facebook.com/omfondation/videos/506130203686430

La semaine du goût se déroulera du 12 au 18 octobre 2021.

La mise à jour des statuts de la caisse des écoles est très important et doit être l’un des projets les plus urgents, pour apporterplus de transparence, et d’information sur son fonctionnement.

Tout parent doit pouvoir être membre de cette caisse des écoles facilement, l’adhésion doit être possible avec une somme modique.

Nous nous interrogeons sur le fonctionnement de l’USEP et de l’OCCE et le lien avec la Caisse des écoles.

Concernant le budget 2020 non utilisé, il sera reporté sur l’année 2021.

Quelques idées à aller piocher :

  • https://www.cde-cagnes.fr, site de la caisse des écoles de la ville de Cagnes :
    • Adhésion 5€
    • gère le périscolaine, la restauration scolaire, …
  • https://www.facebook.com/monrestodecole19, caisse des écoles du 19ème arrondissement de Paris qui gère la restauration scolaire (https://mairie19.paris.fr/pages/caisse-des-ecoles-12859)
  • http://www.caissedesecoles20.com/, caisse des écoles du 20ème arrondissement de Paris
  • https://citoyen-ne-s-de-marseille.fr/caisse-des-ecoles-decaissee/, point sur le financement de la caisse des écoles depuis 2004
  • https://www.seban-associes.avocat.fr/wp-content/uploads/2016/10/La_caisse_des_ecoles.pdf

La citadelle

www.lemoniteur.fr

Marseille : la Cité scolaire internationale sera une citadelle ouverte sur le monde

6 – 8 minutes


Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Ce mercredi 17 février, Renaud Muselier, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a dévoilé les images et la maquette du projet de la Cité scolaire internationale de Marseille, qui ouvrira ses portes à la rentrée 2024. Associés au sein du même groupement, lauréat du marché global de performance d’une valeur de 100 millions d’euros TDC, les architectes Rudy Ricciotti et Roland Carta ont présenté avec Bruno Bottela, président de Bouygues Bâtiment Sud-Est, leur projet conçu en reprenant les codes de la citadelle. Découverte en images.

1/7

Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés

Dans le quartier d’Arenc, au cœur de l’opération d’intérêt national Euroméditerranée, la future cité scolaire internationale va occuper un ensemble de bâtiments répartis sur deux îlots séparés par la rue Peysonnel qui sera privatisée.
Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés
Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés
IMG_20210217_173617.jpgRoland Carta et Rudy Ricciotti devant la maquette de leur projet commun pour la Cité scolaire internationale de Masrseille
Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés
Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés
Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés
Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés
Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés

C’est la fin du suspense. Un peu plus d’une semaine après la désignation du groupement composé de Bouygues Construction (mandataire) et des agences d’architecture de Rudy Ricciotti et de Roland Carta comme lauréat du marché global de performance, Renaud Muselier, président de la région Sud-Provence Alpes-Côte d’Azur, a dévoilé, ce 17 février, les images et la maquette du projet de la cité scolaire internationale de Marseille. Construit dans le quartier d’Arenc au cœur d’Euroméditerranée, le futur équipement regroupera une école, un collège et un lycée ainsi qu’un internat, un gymnase et un espace de restauration.

Certification HQE Excellent

Elus représentant les collectivités financeuses de l’opération, représentants de l’Education nationale, tous étaient au rendez-vous pour entendre le constructeur et les architectes présenter le futur équipement qui doit accueillir à partir de la rentrée 2024 une centaine d’enseignants et plus de 2 100 élèves du primaire aux classes préparatoires à qui sera dispensé un enseignement en plusieurs langues.
Choisis à l’unanimité lors du jury puis lors de la commission d’appel d’offres, le projet défendu par Bouygues Bâtiment Sud-Est et ses associés a convaincu par sa fonctionnalité, son exigence environnementale avec comme objectif la certification HQE Excellent, ainsi que son prix et les délais de réalisation, soit un montant global d’opération de 100 millions d’euros toutes dépenses confondues et un dépôt de permis au premier semestre 2021 pour une livraison en 2024.

Mur d’enceinte

Reprenant les codes de la citadelle, les architectes ont conçu un mur d’enceinte qui « circonscrit la cité, l’identifie » a expliqué l’architecte Roland Carta. « Notre première préoccupation a été de créer un lieu dans lequel prévaut le  » bien apprendre  » et le  » bien enseigner « . Ensuite, comment créer une communauté et non une collection d’individus. Nous avons conçu une cité au cœur de la ville ouverte sur le monde. Son cœur est contenu par des façades qui contrôlent la lumière et peuvent être support de végétation », a-t-il poursuivi.
De son côté, l’architecte Rudy Ricciotti, qui construit, après le Mucem, pour la deuxième fois à Marseille, a insisté sur la conception bioclimatique de l’ensemble « avec un jardin à l’extérieur à l’abri du Mistral et du soleil, qui fonctionne avec la lumière ».
Les architectes ont rappelé la complexité du projet qui implique de caser sur un terrain de 6 000 m2 plus de 27 000 m2 de surface de plancher avec comme contrainte de ne pas s’élever au-delà de 28 mètres de hauteur et de respecter un quota de 20 % de pleine terre.

Parcourez le projet en vidéo :

https://youtube.com/watch?v=hAlWLVxk9DY

35 000 heures d’insertion

Conformément à l’objectif de son groupe de réduire de 30 % son impact carbone et de placer la RSE au cœur du projet, Bruno Bottela, président de Bouygues Bâtiment Sud-Est, a affirmé l’engagement à produire 35 000 heures d’insertion et à faire réaliser 80 % des travaux par des entreprises locales. « Pour Bouygues il y a un enjeu. Le marché comprend en effet dix ans de maintenance qui sera assurée par Bouygues Energie, qui va nous accompagner dans le projet et va garantir la bonne prise en compte des exigences en termes de durabilité et de performance énergétique. Nous avons conçu un bâtiment simple d’usage, pérenne et limitant les opérations ainsi que les coûts de maintenance répondant ainsi à l’objectif de frugalité affiché », a-t-il déclaré.
Cela passe notamment par l’emploi de la fibre de lin pour réaliser les « façades végétales intérieures », et l’utilisation massive de béton bas carbone fabriqué sur site grâce à l’installation de deux centrales à béton. Par ailleurs, les protections solaires adaptées, la végétation luxuriante qui envahit les façades intérieures et les cours ainsi que le raccordement à la boucle d’eau de mer tempérée Thassalia sont les autres spécificités du projet qui doivent permettre au groupement d’atteindre la performance annoncée.

Recours

Pour autant, la fête est un peu gâchée. Eiffage, mandataire d’une des quatre équipes appelées à concourir et candidat pressenti lors de la première consultation, a déposé un référé précontractuel. « C’est le recours du mauvais perdant », a déclaré Renaud Muselier. « Mais cela nous fait perdre six semaines dans un dossier où nous avons déjà perdu trois ans », a-t-il poursuivi, faisant référence à un premier projet avorté de construction d’un campus des Métiers dit Campus A et, ensuite, à l’arrêt, suite à un soupçon de conflits d’intérêt, d’une première procédure de consultation pour réaliser la Cité scolaire.

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : région Sud-Paca
Maîtrise d’ouvrage délégué : Area
Groupement lauréat : Bouygues Bâtiment Sud-Est, entreprise et mandataire; Rudy Ricciotti et Carta Associés, architectes, BG Ingénieurs Conseils, G2I, Inddigo, AC2R, Gamba, STOA, Lamoureux&Ricciotti, Byes, R2M et Suretis, ingénieurs.
Coût global de l’opération : 100 millions d’euros TDC
Marché de maîtrise d’œuvre et construction : 64 millions d’euros HT.
Financement : région Sud-Paca (49 %), conseil départemental des Bouches-du-Rhône (37 %) et ville de Marseille (14 %).

Bâti – Plus d’écoles mieux pensées

URGENCE : Réparations, rénovation et construction des écoles publiques sur la base d’un diagnostic exhaustif, fiable et transparent (existant ou à faire / compléter) réalisé par des professionnels du bâtiment soumis aux conseils d’école et à compléter par un diagnostic d’usage.
  • Un programme-type de l’école idéale marseillaise en partenariat avec l’ensemble des acteurs de l’école publique doit être élaboré .
Quelques pistes :
  • Diminuer la taille des écoles surdimensionnées pour des écoles à taille humaine d’un maximum de 200-250 élèves.
  • Garantir des espaces suffisants et adaptés aux effectifs (sieste, réfectoire, salle d’activités etc.)
  • Dimensionner les écoles pour n’avoir jamais plus de 24 enfants par classe (12 pour les CP/CE1 à 12)
  • Isoler des bâtiments et installer des systèmes de ventilation (avec filtration de l’air insufflé), revoir les contrats d’entretien et d’exploitation, avec des garanties de résultat sur l’exploitation. Mettre en place la régulation et le contrôle des consommations.

Personnel

  • Un règlement doit être rédigé entre personnel de l’éducation nationale, la mairie, les syndicats de personnels et les associations de parents d’élèves, il fixera les règles de fonctionnement de l’école :
    • 1 ATSEM par classe de maternelle sur l’intégralité du temps scolaire (8h-17h), + un contingent de 300 agents volants
    • Taux d’encadrement du temps de cantine à 1/10 en maternelle et 1/20 en élémentaire (et 1/8 pour les enfants de moins de 3ans)
    • Réorganisation du temps de travail des différents agents intervenant dans les écoles afin de redonner à chacun les missions correspondant à leur fiche de poste (cadre d’emploi) :
      • ATSEM : cœur de métier = s’occuper des enfants (exemple: brigades matin/après-midi avec chevauchement sur le temps de cantine pour doubler le personnel présent sans avoir recours à des contractuels)
      • AT[1]: assurent l’entretien quotidien des locaux (pas de sous-traitance au privé ou de DSP)et  la surveillance sur le temps de cantine.
  • Recrutement massif (retour de la brigade de volantes) et formation des personnels municipaux pour assurer le bien-être et la sécurité des enfants.
  • Fin du travail sur contrat précaire ou à temps partiel (imposé) – titularisation des agents contractuels
  • Formation des agents pour la prise en charge de TOUS les enfants (PAI, handicaps, troubles du comportement, DYS, etc.) sur le temps scolaire, temps de cantine et temps périscolaire en soutien (et surtout pas en remplacement!) aux Assistants de Vie Scolaire.
[1]      AT : Agent Technique