La citadelle

www.lemoniteur.fr

Marseille : la Cité scolaire internationale sera une citadelle ouverte sur le monde

6 – 8 minutes


Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Ce mercredi 17 février, Renaud Muselier, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a dévoilé les images et la maquette du projet de la Cité scolaire internationale de Marseille, qui ouvrira ses portes à la rentrée 2024. Associés au sein du même groupement, lauréat du marché global de performance d’une valeur de 100 millions d’euros TDC, les architectes Rudy Ricciotti et Roland Carta ont présenté avec Bruno Bottela, président de Bouygues Bâtiment Sud-Est, leur projet conçu en reprenant les codes de la citadelle. Découverte en images.

1/7

Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés

Dans le quartier d’Arenc, au cœur de l’opération d’intérêt national Euroméditerranée, la future cité scolaire internationale va occuper un ensemble de bâtiments répartis sur deux îlots séparés par la rue Peysonnel qui sera privatisée.
Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés
Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés
IMG_20210217_173617.jpgRoland Carta et Rudy Ricciotti devant la maquette de leur projet commun pour la Cité scolaire internationale de Masrseille
Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés
Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés
Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés
Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés
Projet pour la Cité scolaire internationale de Marseille par Rudy Ricciotti et Carta Associés

C’est la fin du suspense. Un peu plus d’une semaine après la désignation du groupement composé de Bouygues Construction (mandataire) et des agences d’architecture de Rudy Ricciotti et de Roland Carta comme lauréat du marché global de performance, Renaud Muselier, président de la région Sud-Provence Alpes-Côte d’Azur, a dévoilé, ce 17 février, les images et la maquette du projet de la cité scolaire internationale de Marseille. Construit dans le quartier d’Arenc au cœur d’Euroméditerranée, le futur équipement regroupera une école, un collège et un lycée ainsi qu’un internat, un gymnase et un espace de restauration.

Certification HQE Excellent

Elus représentant les collectivités financeuses de l’opération, représentants de l’Education nationale, tous étaient au rendez-vous pour entendre le constructeur et les architectes présenter le futur équipement qui doit accueillir à partir de la rentrée 2024 une centaine d’enseignants et plus de 2 100 élèves du primaire aux classes préparatoires à qui sera dispensé un enseignement en plusieurs langues.
Choisis à l’unanimité lors du jury puis lors de la commission d’appel d’offres, le projet défendu par Bouygues Bâtiment Sud-Est et ses associés a convaincu par sa fonctionnalité, son exigence environnementale avec comme objectif la certification HQE Excellent, ainsi que son prix et les délais de réalisation, soit un montant global d’opération de 100 millions d’euros toutes dépenses confondues et un dépôt de permis au premier semestre 2021 pour une livraison en 2024.

Mur d’enceinte

Reprenant les codes de la citadelle, les architectes ont conçu un mur d’enceinte qui « circonscrit la cité, l’identifie » a expliqué l’architecte Roland Carta. « Notre première préoccupation a été de créer un lieu dans lequel prévaut le  » bien apprendre  » et le  » bien enseigner « . Ensuite, comment créer une communauté et non une collection d’individus. Nous avons conçu une cité au cœur de la ville ouverte sur le monde. Son cœur est contenu par des façades qui contrôlent la lumière et peuvent être support de végétation », a-t-il poursuivi.
De son côté, l’architecte Rudy Ricciotti, qui construit, après le Mucem, pour la deuxième fois à Marseille, a insisté sur la conception bioclimatique de l’ensemble « avec un jardin à l’extérieur à l’abri du Mistral et du soleil, qui fonctionne avec la lumière ».
Les architectes ont rappelé la complexité du projet qui implique de caser sur un terrain de 6 000 m2 plus de 27 000 m2 de surface de plancher avec comme contrainte de ne pas s’élever au-delà de 28 mètres de hauteur et de respecter un quota de 20 % de pleine terre.

Parcourez le projet en vidéo :

https://youtube.com/watch?v=hAlWLVxk9DY

35 000 heures d’insertion

Conformément à l’objectif de son groupe de réduire de 30 % son impact carbone et de placer la RSE au cœur du projet, Bruno Bottela, président de Bouygues Bâtiment Sud-Est, a affirmé l’engagement à produire 35 000 heures d’insertion et à faire réaliser 80 % des travaux par des entreprises locales. « Pour Bouygues il y a un enjeu. Le marché comprend en effet dix ans de maintenance qui sera assurée par Bouygues Energie, qui va nous accompagner dans le projet et va garantir la bonne prise en compte des exigences en termes de durabilité et de performance énergétique. Nous avons conçu un bâtiment simple d’usage, pérenne et limitant les opérations ainsi que les coûts de maintenance répondant ainsi à l’objectif de frugalité affiché », a-t-il déclaré.
Cela passe notamment par l’emploi de la fibre de lin pour réaliser les « façades végétales intérieures », et l’utilisation massive de béton bas carbone fabriqué sur site grâce à l’installation de deux centrales à béton. Par ailleurs, les protections solaires adaptées, la végétation luxuriante qui envahit les façades intérieures et les cours ainsi que le raccordement à la boucle d’eau de mer tempérée Thassalia sont les autres spécificités du projet qui doivent permettre au groupement d’atteindre la performance annoncée.

Recours

Pour autant, la fête est un peu gâchée. Eiffage, mandataire d’une des quatre équipes appelées à concourir et candidat pressenti lors de la première consultation, a déposé un référé précontractuel. « C’est le recours du mauvais perdant », a déclaré Renaud Muselier. « Mais cela nous fait perdre six semaines dans un dossier où nous avons déjà perdu trois ans », a-t-il poursuivi, faisant référence à un premier projet avorté de construction d’un campus des Métiers dit Campus A et, ensuite, à l’arrêt, suite à un soupçon de conflits d’intérêt, d’une première procédure de consultation pour réaliser la Cité scolaire.

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : région Sud-Paca
Maîtrise d’ouvrage délégué : Area
Groupement lauréat : Bouygues Bâtiment Sud-Est, entreprise et mandataire; Rudy Ricciotti et Carta Associés, architectes, BG Ingénieurs Conseils, G2I, Inddigo, AC2R, Gamba, STOA, Lamoureux&Ricciotti, Byes, R2M et Suretis, ingénieurs.
Coût global de l’opération : 100 millions d’euros TDC
Marché de maîtrise d’œuvre et construction : 64 millions d’euros HT.
Financement : région Sud-Paca (49 %), conseil départemental des Bouches-du-Rhône (37 %) et ville de Marseille (14 %).

0 Partages